DOCUMENTATION

VOIR LA VERSION TEXTE | TAILLE DU TEXTE Make text largerMake text smaller

Qu'est-ce que le paludisme ?

Le paludisme est de loin la plus importante maladie parasitaire tropicale dans le monde. Dans de nombreux pays en voie de développement, et en Afrique en particulier, le poids du paludisme est énorme en termes de décès, de dépenses médicales et de journées de travail perdues. On estime que le nombre de personnes qui meurent chaque année du paludisme se situe entre 2 et 3 millions et que près de 500 millions de personnes en sont infectées : la majorité des victimes sont des enfants de moins de cinq ans. Le terme « paludisme » désigne les maladies provoquées par une infection à l'un des quatre parasites humains du genre Plasmodium (P. falciparum, P. vivax, P. malariae et P. ovale). Le P. falciparum est le parasite le plus courant et aussi le plus mortel. La transmission se fait d'homme à homme par la piqûre du moustique. L'infection commence lorsqu'un moustique femelle anophèle infecté transmet des parasites à l'occasion d'une piqure. Les parasites envahissent rapidement les cellules hépatiques de l'hôte et se multiplient pendant une période de 5 à 15 jours, au terme de laquelle, libérés dans le sang, ils envahissent les globules rouges. C'est à ce stade de contamination que les symptômes de la maladie, fièvre, frissons et nausées, apparaissent.

 

Certains des parasites se développent différemment et forment des parasites sexués qui peuvent être ingérés par le moustique à l'occasion d'une piqûre. Le parasite ingéré va terminer son cycle de vie dans l'intestin du moustique avant de migrer vers les glandes salivaires.

Chez les personnes non immunisées, comme les jeunes enfants, le paludisme peut être rapidement très agressif et prendre une forme très sévère.

Le paludisme grave  met en danger la vie des malades avec des symptômes allant de la forme cérébrale du paludisme avec coma profond aux désordres du système de coagulation, en passant par une anémie sévère et des troubles métaboliques.

Le paludisme grave est associé à des taux de mortalité pouvant atteindre jusqu'à 25 %.